Repères

Sloumpy-Sloumpy

Sloumpy Sloumpy titre





 
 
 
Compagnie L'Art Déraille

 

Création 2016/2017
Une libre adaptation de l'album jeunesse, paru à l'Ecole Des Loisirs,
Sur l'Île Des Zertes, de Claude Ponti

 

Mise en Scène Martine Dupé
Mouvements Norman Taylor
Scénographie Olivier Borne
Costumes Alexia Jouineau
Musiques Sharluber, Willy Abaro
Roméotte Virginie Hue
G Marie Jamour Sharluber
Jules et le Martabaff Willy Abaro
Création lumières  
Graphiste Laureline Jammet
Photographies Franck Betermin

 

 

Création  les 9 et 10 Novembre 2017, CAC, Concarneau.
Avec le soutien de CCA Concarneau-Cornouaille / Ville de Concarneau 
En Coproduction avec : Le P'tit Denfert de Sète, Le CAC, Concarneau, Le Terrain Blanc de Penhars, La Ville de Quimperlé, le Champ De Foire de Plabennec

 

Sloumpy Sloumpy Romeotte

Comme quoi quand on lit un livre, on ne sait jamais comment on en sort, si toutefois on en sort !

 « Il m’arrive parfois, souvent-très-souvent, de me demander si la vitesse du monde commun n’est pas juste trop, trop vite, trop ffft,fffft.
Il m’arrive souvent très souvent, d’explorer la matière, la géographie de chacun, sa manière d’être, de bouger, de penser, son histoire du dedans, et de questionner le lien, comment ça peut fonctionner avec l’autre, tout ce système. Comme un arbre réagit à la pluie, la fleur au soleil, la mer à la lune, la terre aux intempéries.
Sans jugements ni mots, juste voir, regarder, observer et toujours se demander pourquoi ça ne marcherait pas, comme ça.
Imaginer toujours un monde sans « il faut – Normalement - Dans la vie - Tu devrais - et pourtant…Une vie sans Codes barres.
D’abord regarder, et comprendre en silence, laisser venir. Et construire. Imaginer… la suite, la ruse, la survie avec l’autre et sa trajectoire.
Sloumpy-Sloumpy, c’est un état sans mot, une incapacité à dire. Ça m’a touché cet état Sloumpy-Sloumpy, deux fois, à la lecture du livre."J’ai eu envie d’explorer cette île du point de vue de Roméotte, qui n’arrive qu’à la fin du roman. J’ai eu envie de lui donner son heure de gloire ; de voir ce livre vivre sur scène, entre complicité, ruses et inventions. De dénoncer la brique, le cadre, le mot sans matière, sans observation… De visiter une île, plutôt qu’une manière d’être ou de vivre. Après trois solos de portraits de femmes hors normes, une entrée dans un territoire qui me rappelle avec tant de légèreté ce village d’enfants où l’on vivait avec".

Virginie Hue